La rencontre entre indiens d'Amérique et conquistadores d'Espagne

Article 30

Reproduction d'un galion espagnol au large des côtes colombiennes

Les Aztèques furent une des nombreuses civilisations indigènes que les conquistadores espagnoles anéantirent

Les Incas du Pérou asservissaient les autres peuples indigènes du Pérou, d’Équateur, de Bolivie, du Chili et d'Argentine. Lorsque les conquistadores espagnols débarquèrent en Amérique du Sud, ils furent admiratifs du système social et politique mis en place par les Incas. La notion de domination semblait être un langage qu'ils comprenaient et appréciaient

Le quai des âmes est selon la légende indienne mapuche du Chili, le lieu de passage des âmes après la mort

La surprenante église de la capitale du Salvador donne une lumière unique à l'intérieur, qui change en fonction de l'intensité du soleil

La semaine sainte est la fête chrétienne la plus importante pour les latinos-américains. Elle donne l'occasion de démontrer son dévouement à Dieu.

Plus la souffrance est grande, plus le fidèle est proche de Dieu

Les indiens Mayas subirent l'assaut des conquistadores, comme tant d'autres

Les 315 mètres peint par l’artiste Guadalupe Alvarez à Cartago, représentent les 400 dernières années de l’histoire du Costa Rica. Cette scène fait référence aux denrées alimentaires dont les espagnols raffolaient, comme les pommes de terre, les oignons, les tomates, les citrons et le poisson

Pour identifier les indigènes facilement, les conquistadores ont imposé le port du chapeau.

La forme et la couleur des chapeaux faisaient référence à une province

Tous les pays d'Amérique Latine ont fini par se libérer de l'emprise espagnole. Ce fut le 10 novembre 1821 pour le Panama. Cette journée, appelée "El grito de independencia", c'est à dire le cri de l'indépendance, est similaire au 14 juillet français. Un souvenir indélébile

Par hasard, nous nous retrouvons à Cartago, situé au Costa Rica, pendant la fête de la « Nuestra Señora de Los Angeles », la vierge noire, patronne du Costa Rica. Des fidèles viennent de toute l’Amérique Centrale, 1 million de personnes participent à la procession qui se termine à l’intérieur de la basilique. Les plus fervents pèlerins font les derniers mètres sur les genoux

Lors des nombreuses festivités que reçoit la ville de Copacabana, en Bolivie, une des attractions principales est le baptême de véhicules. A partir de 10h tous les jours, un flot de camions, de bus, de voitures, de camionnettes, se présente face à la cathédrale, et, chargés de rubans, de fleurs, et d’autres décorations, ils attendent qu’on les bénisse afin que le propriétaire ne souffre d’aucun accident tout au long de la ‘’vie’’ de son véhicule

Décidément, les églises du Costa Rica sont magnifiques

Ce graffiti au sein du cimetière de la capitale bolivienne, rend hommage à une fête bolivienne ancestrale. Le "Jour des ñatitas", soit les "petits nez plats" (désignant l'absence de nez sur les crânes humains) est une fête dans laquelle des milliers de Boliviens promènent et exhibent des crânes humains qu'ils gardent amoureusement chez eux toute l'année. Ces crânes sont censés leur apporter faveurs et chance. Bien que l’église catholique interdit cette pratique, cette tradition andine perdure

Nous tombons, par hasard, sur la grande fête annuelle du petit village de la Cordillère Blanche, Caraz, au Pérou. Il s'agit d'une fête catholique qui rend hommage au Saint Patron Idelfonso, saint protecteur du village. Un tapis de sciure coloré est fabriqué par les villageois pendant plusieurs jours spécialement pour cette célébration. A peine le défilé terminé que les gens balayent les rues, anéantissant des jours de travail

Sur l’île de Chiloé, au Chili, on comptait pas moins de 200 églises jésuites et de nombreuses chapelles, qui faisaient la fierté des insulaires. L'église située à Castro fut construite entièrement en bois, comme toutes les autres églises de l'île. Un régale pour les yeux !

L'énorme fresque réalisée par l'artiste indigène bolivien Roberto Mamani dans la banlieue de La Paz représente toute la symbolique de la communauté andine. Ce grand projet social et artistique a permis de loger des personnes sans domicile

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    christian barthès (lundi, 17 février 2020 16:19)

    Comme d'habitude bonne explication rien à dire ,c'est une bonne synthèse des articles que tu as écrite sur l'Amérique du sud .j'avais lu une partie de l'histoire de Christophe Colomb et de Cortès ,de Pizarro également ;extermination de plusieurs civilisations engendrés par la religion et le profit .félicitation !!!!

 Bienvenue sur notre planète !

Suivez nos aventures pendant notre Tour du Monde en Van !

Un aller simple pour la liberté ! sans date de retour !!!